Douleur sous le talon gauche: Pourquoi et que faire?

Publié par Buddha Apps (Zero Carbon) le

Douleur sous le talon gauche: Pourquoi et que faire?

Le terme « talalgie » est utilisé en médecine pour désigner une douleur sous le talon gauche, c'est-à-dire à l'arrière du pied, bien qu'il soit très courant de désigner à tort cette affection par « heélite ».

C'est un trouble très fréquent, surtout dans la population adulte ou âgée, et cela n'a rien d'étonnant, sachant que le talon est une zone soumise à un stress continu lors de la marche et du maintien d'une position verticale.

La douleur sous le talon ne doit pas être considérée comme une maladie, mais comme un symptôme pouvant être déclenché par de nombreuses pathologies, le plus souvent d'origine mécanique, ou déclenché par la succession continue de petits traumatismes.

Chez certains patients, il est également possible qu'à la base de la talalgie existe un processus pathologique à part entière, qui peut affecter les os du tarse, le tendon d'Achille et toutes les structures qui composent le talon.

Le pronostic et le traitement de cette affection dépendent évidemment de son origine : selon la cause, en effet, il peut être nécessaire

Cependant, ce problème ne mérite pas toujours une thérapie et parfois le repos seul peut suffire à résoudre le tableau clinique ; il s'agit en fait d'une affection typiquement bénigne, qui tend vers une évolution positive (mais qui si elle est négligée peut aussi devenir chronique, devenant potentiellement plus difficile à traiter).

Dans cet article, nous explorerons les principales causes de la thalalgie, comment elles sont diagnostiquées et quelles sont les options de traitement. Les informations fournies ci-dessous ne représentent cependant en aucun cas une alternative à l'assistance du médecin traitant.

 

 

Les causes de la douleur sous le talon gauche

La talalgie ne peut pas être considérée comme une maladie, mais plutôt comme un symptôme ; les tableaux cliniques les plus courants pouvant provoquer une douleur sous le talon a gauche sont :

 

Fasciite plantaire

La plante de notre pied est traversée par une longue bande tendineuse en forme d'arche qui s'étend du talon aux orteils. Les blessures et traumatismes de ce ligament produisent une inflammation au même niveau, appelée fasciite plantaire; cette affection est l'une de celles les plus fréquemment associées à la talalgie.

 

Tendinite d'Achille

Le tendon d'Achille est l'un des plus gros et des plus résistants de tout le corps et s'étend des muscles du mollet (gastrocnémien et soléaire) au talon. Comme le reste des structures ligamentaires, il peut être affecté par un processus inflammatoire, c'est-à-dire une tendinite.

Compte tenu de sa position et de la forte sollicitation à laquelle est normalement soumis le tendon d'Achille, il n'est pas rare qu'il se rompe suite à un traumatisme ; dans ce cas, les structures ligamentaires ayant une faible capacité de régénération, une chirurgie de reconstruction est nécessaire.

 

Bursite calcanéenne

Une autre structure pouvant être touchée par l'inflammation est le sac calcanéen, c'est à dire une petite bourse synoviale située entre l'os et le tendon d'Achille dont la fonction est de faciliter le glissement du tendon et de réduire les frictions.

 

Éperon talalgique

Par épine calcanéenne ou éperon, nous entendons une petite excroissance de l'os du talon qui se forme dans la plupart des cas sur la partie inférieure du talon. L'éperon peut se développer suite à une succession de petits traumatismes, dus par exemple à une mauvaise posture ou à un exercice excessif, même s'il est souvent difficile d'en comprendre exactement la cause.

Cette malformation peut être totalement asymptomatique ou au contraire se manifester par des douleurs sous le talon (dans ce cas, une chirurgie d'ablation peut être nécessaire).

 

Syndrome du tunnel tarsien

Le syndrome du tunnel tarsien est une maladie du piégeage, dans laquelle un nerf (en l'occurrence le tibial) est soumis à une compression car il est piégé dans une bande tendineuse trop serrée.

Le syndrome est similaire à celui du canal carpien, qui touche le poignet et qui est beaucoup plus fréquent et connu. Parmi les symptômes, en plus de la douleur, il y aura également une faiblesse musculaire et des picotements.

 

Facteurs de risque

Nous définissons un « facteur de risque » comme toute condition qui, lorsqu'elle est présente, augmente les chances de développer une certaine maladie. On peut considérer les facteurs de risque d'apparition de douleurs au talon :

 

Âge avancé

Les douleurs sous le talon gauche sont beaucoup plus fréquentes chez les plus de 40 ans et les raisons sont diverses, comme la perte progressive d'élasticité des tissus et l'amincissement de la couche de graisse qui tapisse normalement le talon, le protégeant des traumatismes.

 

Activité physique excessive

Une activité physique excessive peut prédisposer à l'apparition de talalgies, en particulier chez ceux qui pratiquent des sports dans lesquels les pieds sont fortement sollicités, comme la course, la marche ou l'escrime.

 

Chaussures inadéquates

Les chaussures à talons hauts, ainsi que trop basses, ne garantissent pas une bonne posture et augmentent la sollicitation des tendons et des articulations, aggravant ainsi le risque de douleur au talon.

 

Position debout prolongée

Les personnes qui, par habitude ou pour des raisons professionnelles, passent la majeure partie de leur journée debout sont également à considérer à risque.

 

Obésité

Lorsque nous sommes en position verticale, notre poids corporel repose sur notre point d'appui au sol, c'est-à-dire les pieds. Chez les personnes obèses, cette charge de travail est considérablement augmentée, de même que la probabilité de développer une talalgie.

 

Médicaments

Enfin, l'heléite peut également être due à des thérapies médicamenteuses où parmi les effets secondaires possibles, il y a aussi des myopathies et des tendinopathies (c'est-à-dire des dommages aux structures musculaires et tendineuses). C'est le cas par exemple des statines, une classe de médicaments contre le cholestérol LDL trop élevé .

 

Diagnostic

Le diagnostic de la talalgie est généralement trivial et fait appel à l'anamnèse et à l'examen objectif, c'est-à-dire l'ensemble des informations que le soignant obtient de l'entretien et de la visite du patient ; les pierres angulaires sur lesquelles se concentre l'analyse sont

 

 

La posture.

S'il existe des éléments permettant de suspecter la présence d'une lésion osseuse ou tendineuse, des tests d' imagerie visant à obtenir des images des structures évoquées ci-dessus peuvent être utiles . À cet égard, les éléments suivants peuvent être utilisés :

 

Échographie

L'échographie est une méthode qui utilise de simples ondes sonores pour obtenir des images des tissus mous du patient (elle n'est pas utile pour étudier des structures plus denses, telles que les os). Compte tenu du faible coût et de la rapidité d'exécution, l'échographie est souvent adoptée comme premier examen diagnostique, réservant des méthodes plus sophistiquées aux cas difficiles à interpréter.

Une des limites de cette méthode est qu'elle est très dépendante de l'opérateur qui réalise l'investigation : l'efficacité diagnostique est donc différente selon qui réalise l'examen.

 

Radiographie

La radiographie utilise des rayonnements ionisants pour obtenir une image bidimensionnelle des structures examinées ; ces rayonnements (rayons X) ont le pouvoir de traverser librement les tissus mous, mais sont au contraire arrêtés ou déviés par les plus denses.

Ce sont précisément ces derniers, comme les os, qui sont mis en évidence lors de cet examen : contrairement à l'échographie, la radiographie permet donc d'observer en détail les structures osseuses et articulaires.

Bien qu'il s'agisse d'une méthode rapide et peu coûteuse, elle expose cependant le patient à une certaine dose de rayonnement qui peut être nocive pour l'organisme (même si les appareils les plus modernes utilisent des quantités de rayonnement si faibles qu'elles sont presque négligeables).

 

Résonance Magnétique

La Résonance Magnétique Nucléaire (IRM) est un examen plus long et plus coûteux qui est réservé exclusivement aux cas les plus complexes et difficiles à interpréter. C'est une méthode à très haute précision diagnostique, qui permet des reconstructions tridimensionnelles et est actuellement considérée comme la technique de choix dans l'étude des tissus mous et des articulations. Son utilisation en cas de talalgie est évidemment très limitée.

 

Pronostic et complications

La présence d'une talalgie est généralement une affection de pronostic bénin, qui a généralement tendance à régresser avec la thérapie ou même simplement grâce au simple repos.

Cependant, s'il est négligé, il peut devenir chronique : une des conséquences possibles d'un processus chronique est l'établissement d'un défaut postural que le patient adopte comme mesure antalgique, c'est-à-dire pour se protéger de la douleur. La persistance de ce défaut peut bien entendu conduire avec le temps à une aggravation du tableau clinique ou au chevauchement d'autres problèmes liés à une mauvaise posture.

 

Traitement et remèdes

Le traitement de la talalgie nécessite des approches différentes en fonction de la gravité de la situation, mais surtout de l'origine de la douleur, et peut se limiter à de simples mesures d'hygiène et de comportement ainsi qu'à une intervention chirurgicale.

C'est précisément pour cette raison qu'il convient de ne pas sous-estimer ce type de problème, mais de le signaler à un médecin, notamment en cas de douleur intense, continue et incoercible.

Cependant, les thérapies actuellement disponibles pour traiter le mal sous le talon gauche comprennent :

 

  • du repos,
  • application de glace,
  • l'utilisation d'orthèses ou de semelles,
  • anti-inflammatoires,
  • physiothérapie,
  • thérapies physiques (comme le laser et les ultrasons),
  • opération.
  • La prévention

Les stratégies de prévention de la douleur sous le talon a gauche consistent essentiellement à éviter les facteurs de risque liés au développement de cette affection, il est donc recommandé de :

  • Évitez les entraînements physiques excessifs, surtout en l'absence d'une préparation adéquate.
  • Portez des chaussures confortables et évitez les chaussures trop basses ou à talon haut.
  • Dans la mesure du possible, évitez de rester debout pendant de longues périodes.
  • Perdez du poids si nécessaire .
  • Si nécessaire, suspendez les médicaments responsables de l'inflammation, mais toujours en accord avec le médecin.

 

← Article précédent Article suivant →