Douleur sous le pied: pourquoi et que faire?

Publié par Buddha Apps (Zero Carbon) le

Douleur sous le pied: pourquoi et que faire?

La douleur sous le pied est un symptôme qui peut être dû à diverses maladies . Fasciite plantaire, oignons, éperons calcanéens, névrome de Morton, arthrite goutteuse sont quelques exemples de pathologies qui provoquent des douleurs aux pieds, comme nous le verrons plus en détail ci-dessous.

La douleur au pied peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente chez l'adulte après 40 ans. Ce symptôme affecte également les femmes et les hommes. 

Cependant, les douleurs aux pieds sont plus fréquentes chez les sportifs, chez les personnes qui portent des chaussures inappropriées, comme les chaussures à talons hauts chez les femmes, chez les personnes présentant une différence de taille des membres inférieurs (jambes), chez les patients présentant des changements de type de " pas, marche », c'est-à-dire chaque fois que les forces que doivent supporter les pieds sont mal réparties, etc. 

Chez l'enfant, la maladie de Sever est la pathologie la plus fréquemment liée aux douleurs du pied.

La douleur peut survenir sous un seul pied (douleur au pied gauche ou douleur au pied droit), et les causes sont généralement indifférentes à la latéralité . Dans certains cas, bien que moins fréquentes, les douleurs peuvent toucher les deux pieds (bilatérales).

Le traitement dépend des causes sous-jacentes, c'est-à-dire qu'il doit être institué en fonction de la pathologie à l'origine de la douleur au pied, comme nous le verrons plus en détail ci-dessous.

 

Douleur sous le pied: Quelles causes?

Ci-dessous, nous présentons les principales causes de douleur au pied.

 

Fasciite plantaire

La fasciite plantaire est la principale cause de douleur sous le pied au niveau du talon et, dans certains cas, la douleur peut irradier vers d'autres régions du pied. La fasciite plantaire est une inflammation du fascia plantaire . Le fascia plantaire est une épaisse bande fibreuse située sous le pied (sous le pied ou sur la « plante du pied ») qui s'étend du calcanéum (os du talon) aux orteils.

Le point d'incidence élevé de cette pathologie se situe dans la tranche d'âge entre 40 et 60 ans, touchant de manière égale les deux sexes.

Le principal symptôme de la fasciite plantaire est la douleur au pied, qui est ressentie plus intensément lorsqu'on exerce une force sur le pied (lorsqu'on marche sur le sol pour marcher), cependant, la douleur peut également être ressentie au repos. 

La douleur lors de la pose du pied au sol est ressentie comme une « piqûre ». Dans les cas plus graves, la douleur peut être si intense que le patient peut ne pas être en mesure de poser son pied sur le sol.

Lorsque vous marchez, la douleur a tendance à diminuer, mais lorsque vous vous reposez pendant de longues périodes ou que vous vous tenez debout, la douleur s'intensifie. La douleur est généralement plus intense lorsque vous vous réveillez le matin, sortez du lit et marchez pour la première fois (faites les premiers pas). 

De même, la douleur est généralement plus intense lorsque nous sommes assis longtemps et que nous faisons ensuite les premiers pas. La douleur est généralement aggravée lorsque nous montons les escaliers et restons debout pendant de longues périodes. À son tour, la douleur a tendance à diminuer tout au long de la journée, lorsque nous marchons (lors de la marche, avec l'activité).

Au fur et à mesure que la maladie progresse, la zone environnante est sujette aux rougeurs et à l'œdème (gonflement).


Un traitement opportun et adéquat de la fasciite plantaire est d'une importance primordiale afin d'éviter que le problème ne se transforme en douleur chronique.

 

Oignon

Un oignon est un renflement osseux ou un « os plus saillant que la normale ». Elle peut affecter le premier orteil ou « gros orteil » ( Hallux Valgus ) ou affecter le cinquième orteil ou « petit orteil » ( Bunionett ). L'oignon qui affecte le premier orteil (Hallux Valgus) est le type d'oignon le plus courant.

L'oignon est la pathologie (ou la maladie) la plus courante des pieds des adultes. On estime qu'environ 30 % de la population souffre d'une forme ou d'une autre de malformation. Les oignons concernent majoritairement des femmes donc, l'usage excessif de chaussures à talons hauts, dites « pointues » contribue immédiatement à une déformation du doigt et donc à l'apparition de ce problème.

L' oignon est une condition qui au fil du temps a tendance à s'aggraver. L'un des principaux symptômes est la douleur sous le pied, qui peut varier de modérée à sévère, selon le degré de déformation, entre autres facteurs.

De nombreux oignons sont asymptomatiques (ne provoquent aucun symptôme). L'apparition de la douleur peut être déclenchée par l'évolution de la déformation ou par un facteur déclenchant. 

L'utilisation de chaussures inappropriées (chaussures serrées, talons hauts, …) est un facteur de risque important pour aggraver le problème. Dans certains cas, en plus de la douleur, une inflammation peut survenir, un œdème (gonflement) des tissus mous et une « peau rougie » peuvent survenir.

 

Névrome de Morton

Le névrome de Morton est un gonflement ( grossesse ) du nerf digital plantaire, caractérisé par une fibrose et des fibres nerveuses. Elle est plus fréquente dans le 3e espace interdigital du pied (entre le 3e et le 4e orteil).

Les principaux symptômes sont une douleur sous le pied (dans la partie supérieure du pied) près des orteils (métatarsiens ou os du pied), une sensation de « choc électrique » ou de « marcher sur du verre ». 

Les symptômes ont tendance à s'aggraver avec le port de chaussures serrées ou avec des talons hauts, car dans ces situations, le poids du corps est « poussé » vers l'avant, augmentant la pression qui s'exerce sur « l'avant du pied ». La douleur a également tendance à s'aggraver avec la marche, la course et la pratique de sports prolongés.

Cette pathologie est plus fréquente chez les femmes portant des chaussures inappropriées, âgées de plus de 50 ans et chez les sportifs.

 

Tendinite des extenseurs du pied

La douleur sous le pied (douleur dans le cou-de-pied ou le dessus du pied) peut également résulter d'une inflammation des extenseurs du pied (tendinite des extenseurs du pied ). Dans la plupart des cas, à partir du prolongateur hallux.

La tendinite est une inflammation du tendon, en l'occurrence l'extenseur de l'hallux qui est l'extenseur du premier orteil (gros orteil).


En plus des tendinites, l'hygroma (réaction osseuse enduite de peau dure) est une cause fréquente de douleur en dessous du pied.

 

Entorse de la cheville

Une entorse de la cheville est une blessure ligamentaire (ligamentaire) de la cheville qui se produit lorsque le « pied est tordu » accidentellement. Les lésions ligamentaires peuvent varier considérablement en termes de gravité. 

Dans certains cas, il peut y avoir une sorte de léger étirement, dans d'autres cas un étirement plus sévère ou de petites déchirures, voire des déchirures ligamentaires (déchirure des ligaments).

Une entorse provoque des douleurs au pied, qui peuvent aller de modérées à sévères, principalement au niveau de la cheville, mais qui peuvent irradier dans tout le pied et, dans certains cas, jusqu'à la jambe. Dans certaines entorses, la douleur peut être intense au point que le patient ne peut plus mettre le pied au sol pour marcher. Habituellement, il y a un gonflement de la cheville (« cheville enflée »).

Ceux qui pratiquent des sports qui nécessitent des mouvements brusques et extrêmes des pieds, comme le football ou le futsal, sont plus sensibles aux entorses. Cependant, les entorses de la cheville peuvent également survenir dans des situations de la vie courante, lorsque vous posez le pied « mal au sol », etc.

La plupart des entorses ne sont pas graves, sans déchirure des ligaments (seulement étirement), cependant, toutes doivent être évaluées par l'orthopédiste pour évaluer la situation.

Une entorse de la cheville est, dans la plupart des cas, facilement perceptible par les patients, la douleur survenant immédiatement après la blessure et l'œdème (gonflement) par la suite. Cependant, de petites lésions peuvent survenir, dévalorisées sur le moment, et qui peuvent présenter un certain type de symptômes plus tard.

 

Eperon au talon

L' éperon calcanéen (os du talon) est un renflement osseux, qui apparaît principalement au bas (sous) du talon. Le calcanéum est le plus gros os du pied et sa fonction principale est de supporter le poids de notre corps, afin de réduire les impacts avec le sol. 

L'éperon est une formation anormale qui n'est pas visible de l'extérieur. Le symptôme principal est la douleur sous le talon, fondamentalement lors de la pose du pied au sol pour marcher, etc.

Pour que la douleur se produise, il est également nécessaire que la fasciite plantaire se produise . Les douleurs sont, comme nous l'avons déjà vu, généralement plus intenses lorsque nous nous levons et faisons les premiers pas et/ou nous restons assis longtemps et puis nous commençons, les premiers pas.

Dans certains cas, un gonflement du talon ou même de la cheville peut survenir.

 

Arthrite goutteuse

L'arthrite goutteuse communément appelée goutte est une affection rhumatismale inflammatoire caractérisée par l'accumulation d'acide urique dans les articulations. Les douleurs à la base du premier orteil (gros orteil) sont fréquentes, très similaires à la présence d'oignons. L'arthrite goutteuse est plus fréquente chez les femmes ménopausées (chez les femmes) et chez les hommes à l'âge adulte.

Les symptômes de l'oignon ou de l'arthrite goutteuse sont très similaires.

 

Tendinite, rupture d'Achille

La tendinite ou tendinopathie du tendon d'Achille est l' inflammation du tendon d'Aquiliano ou d'Achille ou de son revêtement. La douleur à l'arrière du talon ou au niveau de la jambe est le principal symptôme de la tendinite du talon d'Achille.

Un entraînement excessif chez les sportifs ou dans des situations impliquant des mouvements répétitifs, l'utilisation de chaussures inappropriées, différentes des membres inférieurs, des problèmes de pose du pied au sol et un excès de poids sont des causes fréquentes de développement de la tendinite d'Achille.

Le tendon d'Achille est également sensible à d'autres blessures, à savoir, la rupture ou la rupture du tendon , provoquant dans ce cas des affections beaucoup plus douloureuses et invalidantes, par rapport à une tendinite. La déchirure peut être totale (si le tendon se rompt totalement ou partiellement (si le tendon se rompt partiellement).

La rupture du tendon d'Achille est une affection qui provoque une douleur intense dans la région d'Achille (arrière du pied et « ventre de la jambe » ou « muscles du mollet ») et qui est généralement ressentie immédiatement après la blessure.

 

Bursite calcanéenne

La bursite calcanéenne est une inflammation d'une ou plusieurs bourses séreuses du calcanéum. La douleur sous le talon est le symptôme principal généralement plus fréquent lors de la marche et des mouvements de la cheville. Dans certaines situations plus graves, si nous appliquons une pression sur la zone touchée, une douleur très forte est provoquée, qui peut devenir insupportable.

 

La maladie de Sever

La maladie de Sever ou ostéochondrite de Sever est une pathologie (maladie) courante de l'enfance , souvent jusqu'à 15 ans. Chez l' enfant , la maladie de Sever est l'une des pathologies qui provoque le plus fréquemment des douleurs aux pieds. 

En plus des douleurs aux pieds, cette pathologie peut provoquer des douleurs dans d'autres organes. Cette symptomatologie est généralement associée à un effort physique.

Typiquement, vers l'âge de 15 ans, le processus de maturation osseuse est terminé. Après cet âge, la douleur a tendance à s'atténuer, voire à disparaître.

On peut identifier certains facteurs de risque dans la maladie de Sever : surpoids (obésité), pied en pronation (« pied vers l'intérieur »), différence de longueur des membres inférieurs (jambes), dès lors qu'il y a une croissance osseuse rapide par rapport à la croissance des muscles, entre autres.

 

La sésamoïdite

Les sésamoïdes sont deux petits os situés entre le pied et le premier métatarsien ou « gros orteil » qui jouxtent l'articulation.

Cette pathologie provoque des douleurs bien localisées dans la région antérieure du pied, sous le « gros orteil ». Dans certains cas, des fractures de ces petits os peuvent survenir.

Elle survient généralement chez les athlètes qui pratiquent des sports à fort impact avec le sol, à savoir les coureurs et les danseurs, etc.

 

Fractures des os du pied

Les fractures des os du pied peuvent également être la cause de la douleur. La fracture d'un os est dans le langage populaire un « os cassé » ou un « os cassé ».

Les fractures surviennent généralement dans des contextes traumatiques (accidents, chutes, etc.). Les fractures dites de stress peuvent survenir dans le cadre de mouvements répétitifs, d'entraînements excessifs comme la course à pied, etc. Généralement, elles surviennent plus fréquemment chez les personnes plus obèses (surpoids).

La fracture de fatigue métatarsienne, bien que peu fréquente, peut aussi être l'une des causes de douleurs au pied. Une fracture de fatigue du calcanéum (os du talon) est également rare dans la population. 

Cependant, chez les sportifs, notamment les plus lourds ou ceux qui ne portent pas de chaussures de sport adaptées, il est relativement fréquent. La douleur sous le talon est généralement ressentie pendant la course, mais elle peut également être ressentie après la course ou même au repos.

 

Dysfonctionnement du tendon tibial postérieur

La dysfonction du tendon tibial postérieur survient également plus fréquemment chez les sportifs. Les coureurs (athlétisme) sont les plus touchés. La douleur sous talon et la douleur référée à la face latérale de la cheville sont le symptôme principal.

Dans le dysfonctionnement du tendon tibial postérieur, le tendon ne peut pas remplir sa fonction d'élévation de l'arc plantaire. Ce dysfonctionnement se traduit par un pied plat.

 

Syndrome du tunnel tarsien

Le syndrome du tunnel tarsien est une neuropathie compressive du nerf tibial postérieur. Le tunnel tarsien est situé à l'intérieur de la cheville. Le tunnel tarsien est un canal fibro-osseux dont la fonction principale est de protéger les artères, veines, tendons et nerfs qui traversent son intérieur.

S'il y a compression du canal, nous sommes confrontés à une neuropathie compressive avec des symptômes caractéristiques tels que des changements de sensibilité (pas de sensation, « picotement ») et de la douleur. Cette symptomatologie est plus fréquente la nuit.

 

Autres causes

Outre les causes évoquées ci-dessus, qui figurent parmi les principales causes de douleur sous le pied, d' autres pathologies peuvent être à l'origine de ce symptôme.

Par exemple, des maladies systémiques telles que la polyarthrite rhumatoïde, le rhumatisme psoriasique, le syndrome de Reiter, la sarcoïdose, l'ostéomyélite (infection osseuse), la maladie de Paget, entre autres, peuvent également provoquer des douleurs aux pieds.

Les hernies discales au niveau du rachis lombaire dues à la compression des racines nerveuses peuvent déclencher des douleurs référées à la cheville.

Avoir un pied ou un pied plat peut également être une cause de douleur au pied. Ces changements de courbure du pied affectent la répartition de la charge et l'amortissement des impacts au sol. 

Ces faits peuvent conduire au développement de certaines pathologies mentionnées ci-dessus, telles que la fasciite plantaire, la métatarsalgie et les éperons calcanéens, entre autres.

La maladie de Freiberg, bien que peu fréquente, peut également être l'une des causes de la douleur à l'avant-pied. Elle touche le plus souvent les adolescentes et les pratiquantes d'activité physique.

L'arthrose est un autre exemple de causes possibles de douleur.

En plus des pathologies susmentionnées, d'autres peuvent déclencher des douleurs aux pieds, entre autres signes et symptômes.

 

Douleur sous le pied - diagnostic

Le diagnostic de la pathologie (ou maladie) à l'origine de la douleur du pied est posé par l'orthopédiste (spécialiste en orthopédie), en tenant compte de l'histoire clinique du patient, de l'examen objectif et des résultats de plusieurs méthodes diagnostiques complémentaires (MCDT).

En ce qui concerne les examens ou moyens complémentaires de diagnostic, il existe plusieurs options que le médecin peut utiliser, à savoir :

 

Douleur sous le pied - traitement

Le traitement de la douleur sous pied dépend des causes sous-jacentes . Autrement dit, après diagnostic, l'orthopédiste doit définir un plan de traitement selon la pathologie (ou la maladie) responsable de la douleur.

En cas d'inflammation, le médecin orthopédiste peut prescrire des médicaments (ou remèdes) anti-inflammatoires (par exemple l'ibuprofène) pour soulager la douleur et réduire l'inflammation. Selon les causes, de nombreux autres médicaments peuvent être utilisés pour traiter ou soulager les symptômes. 

Dans plusieurs pathologies, l'orthopédiste peut recommander l'application de glace (généralement en phase aiguë) ou de chaleur (en phase non aiguë).

La physiothérapie est conseillée dans plusieurs situations. Le traitement physiothérapeutique doit toujours être surveillé par votre médecin. En tant que traitement à domicile, il peut être conseillé d'effectuer des exercices de récupération à la maison.

L'utilisation d'orthèses (semelles, « coussins », chaussures de marche, etc.) peut être prescrite pour permettre une récupération plus rapide et améliorer les symptômes.

Dans de nombreux cas, le médecin peut suggérer des changements de mode de vie, comme perdre du poids grâce à l'adoption d'une alimentation plus adéquate, éviter un mode de vie sédentaire, une activité physique régulière, etc.

Dans le cas des athlètes, il peut être nécessaire de restreindre l'activité physique pendant un certain temps afin de récupérer.

Le traitement chirurgical (chirurgie ou opération) a des indications précises et constitue le dernier recours en cas d'échec des traitements conservateurs. La grande majorité des cas de douleurs aux pieds sont traités sans recourir à un traitement chirurgical.

Enfin, il convient de rappeler qu'un traitement opportun et adéquat est très important pour prévenir la progression vers la douleur chronique. Le patient ne doit en aucun cas se soigner soi-même, sous peine d'aggraver son état clinique.

← Article précédent Article suivant →