Douleur au bas ventre et à l'anus: Pourquoi et que faire?

Publié par Buddha Apps (Zero Carbon) le

Douleur au bas ventre et à l'anus: Pourquoi et que faire?

Les douleurs au bas ventre et à l'anus se manifestent parfois simultanément Les caractéristiques de la douleur anale varient cependant selon la cause, ou plutôt la pathologie qui la provoque.

Celle-ci peut être de type organique , c'est à dire avec la présence d'une lésion ou d'une altération de l'ensemble complexe d'organes que constituent le canal anal, le rectum et le périnée, ou de type fonctionnel, donné par le dysfonctionnement de ces organes et des muscles qui forment la paroi inférieure de la "boîte" abdominale, d'où la conjonction de ces douleurs.

 

Douleur au bas ventre et à l'anus due à une pathologie organique

Nous représentons schématiquement les pathologies les plus fréquentes qui se manifestent avec la douleur anale et pelvienne:

 

Pathologie hémorroïdaire.

Dans le cas de la douleur anale, la première pensée est presque toujours qu'elle est causée par la présence d'hémorroïdes, mais cela n'est vrai que dans 30 à 35% des cas.

Comme déjà mentionné. Nous avons tous des hémorroïdes : ces paquets veineux sont positionnés au bout du canal anal, et apparaissent physiquement avec un volume qui varie d'un individu à l'autre.

Dans tous les cas, la présence d'hémorroïdes ne représente pas une pathologie, mais un fait physiologique. Dans certains cas, cependant, ce tissu est endommagé et la présence de la pathologie hémorroïdaire peut provoquer des douleurs.

Le premier cas dans lequel la douleur anale est due aux hémorroïdes est la présence d'une complication : la thrombose du ganglion hémorroïdaire . Il arrive dans ces cas que le sang coagule à l'intérieur des paquets veineux, mettant les tissus sous tension.

Cela se produit souvent au niveau des ganglions externes, mais le phénomène peut également toucher les ganglions internes, donnant ainsi naissance à de petits gonflements violets, tendus et très douloureux, à la fois spontanément et au toucher.

La douleur ici est généralement soudaine (la thrombose se forme en quelques minutes) et persiste pendant une longue période, s'estompant après quelques jours, lorsque le nœud s'ulcère et saigne, ou lorsque le caillot commence à se résorber, réduisant la tension des tissus.

Le prolapsus des ganglions hémorroïdaires internes peut être tout aussi douloureux : le tissu de soutien des plexus hémorroïdaires avec le temps et la poussée prolongée peut céder, permettant au ganglion hémorroïdaire de sortir de l'anus sous la pression de la défécation.

Le tissu est alors mis en tension, provoquant une douleur forte et continue, qui s'atténue lorsque, par des manœuvres manuelles appropriées, le prolapsus est réduit et les hémorroïdes sont ramenées à leur siège dans le canal anal. Il peut être nécessaire pour soulager la douleur de recourir à un traitement médical de soutien avec divers médicaments, analgésiques, anti-inflammatoires et anti-œdèmes, à la fois systémiques et locaux.

 

Ragade anale

La fissure consiste en la formation d' une incision dans le canal anal , presque toujours en position postérieure ou antérieure. La douleur est presque toujours aigu , avec la formation de la lésion souvent liée à l'évacuation de selles trop dures, ou consécutives à des syndromes diarrhéiques, avec des selles acides qui enflamment la muqueuse anale.

Là encore, la cause peut être un traumatisme externe (rapport sexuel, introduction de canules de lavement...). La douleur due à la lacération apparaît soudainement, souvent décrite comme une sensation de coupure.

La musculature du sphincter réagit presque toujours à ces dommages par un spasme, qui est également douloureux.

C'est pourquoi la double composante de la douleur associée à la fissure est expliquée : un premier moment de brûlure aiguë lors du passage des selles, lors de l'évacuation, suivi d'une période de 30-120 minutes de douleur sourde et persistante , due à un spasme musculaire.

 

Abcès anal.

La pathologie infectieuse, avec la formation d'un abcès à partir d'une glande du canal anal, est certainement à l'origine de douleurs anales/périanales importantes.

La douleur est localisée à la zone d'apparition de l'abcès, qui se manifeste par l'apparition d'une tuméfaction rouge et très douloureuse. L'image est souvent accompagnée de fièvre.

Les symptômes disparaissent généralement lorsque l'abcès s'ouvre, soit spontanément, soit par drainage chirurgical de la lésion.

 

Rectite aiguë.

L'altération inflammatoire de la muqueuse rectale peut reconnaître diverses causes, allant de l' auto-immune (Maladie de Crohn - Colite ulcéreuse), à ​​la présence de parasites capables d'endommager la paroi rectale (Ameba - Giardia).

Assez fréquentes sont les " rectites non spécifiques ", dans lesquelles l'inflammation de la muqueuse régresse en quelques jours. Une conséquence fréquente de la radiothérapie, pratiquée pour les cancers de la prostate ou utéro-vaginaux, est l'apparition d'une rectite actinique , avec des douleurs et des saignements fréquents.

Toutes ces situations peuvent créer des douleurs , soit par stimulation directe des parois rectales, soit par des spasmes musculaires induits au niveau des muscles du plancher pelvien.

 

Prostatite aiguë.

Chez l'homme, l'infection de la prostate (prostatite aiguë) est presque toujours bactérienne.

La prostate est en contact direct avec le rectum et les muscles du plancher pelvien. La douleur sourde et intense due à l'inflammation de la ghaiandola est donc souvent associée à celle induite par la contracture réactive de ces muscles.

 

Traumatisme périnéal.

La chute accidentelle peut provoquer un traumatisme direct au coccyx (qui peut être luxé ou fracturé) ou aux muscles du périnée, provoquant une douleur qui augmente généralement au bas du ventre avec l'activité physique ou avec des positions qui sollicitent les zones blessées : généralement la position assise, courir, soulever des poids ou augmenter la tension des muscles abdominaux.

 

Pathologie gynécologique

Les douleurs pelviennes profondes peuvent provenir de certaines causes gynécologiques, principalement l'endométriose de l'excavation pelvienne, qui doit toujours être recherchée et exclue chez les femmes en âge de procréer.

 

Pathologie tumorale.

Les néoplasmes de l'anus ne sont pas très fréquents, mais ils doivent toujours être gardés à l'esprit et exclus comme cause de douleur anale ou périnéale.

Les lésions tumorales apparaissent initialement sous forme de masses dures, mais au fur et à mesure qu'elles progressent facilement, elles s'ulcèrent et deviennent douloureuses. Le diagnostic différentiel repose sur l'aspect clinique et la biopsie de la lésion est déterminante pour en comprendre la nature.

 

Douleur due à une (dys) pathologie fonctionnelle

La musculature du plancher pelvien est résolument complexe, striée et volontaire.

Pour bien fonctionner, ces muscles doivent se contracter correctement, avec des séquences de contraction et de relaxation bien définies au fur et à mesure que vous évacuez.

 

Spasme et dyskinésie secondaire 

Comme tous les muscles, ceux du plancher pelvien réagissent également aux stimuli inflammatoires des tissus et organes adjacents avec des contractures et des spasmes , qui à leur tour provoquent des douleurs.

La contracture musculaire réactive est une cause majeure de douleur dans des maladies telles que la fissure anale. La sensation de brûlure causée par le passage des selles dure quelques minutes mais les spasmes musculaires déclenchés par la plaie ouverte peuvent durer des heures. Le même mécanisme intervient au cours de la prostatite.

 

Spasme et dyskinésie primaire 

Dans certains cas, en réalité assez fréquents, notamment chez la femme, la patiente rapporte l'apparition d'une douleur profonde, une crampe et très intense, durant souvent quelques minutes, qui survient brutalement, même en phase de repos. Les symptômes sont souvent liés à des phases de stress plus intenses.

Habituellement, ces patientes ont du mal à reconnaître leur pathologie, car les examens visent d'abord à rechercher une cause physique du problème : les hémorroïdes sont souvent attribuées comme origine de la douleur, et malheureusement elles sont souvent aussi traitées chirurgicalement.

En réalité, à défaut de reconnaître la cause dysfonctionnelle de la douleur, dans ces cas, nous endommageons physiquement un tissu non malade (mais malheureusement normalement présent uniquement dans la région anale), brisant davantage l'équilibre et déclenchant un syndrome douloureux qui peut durer années, au point de créer des difficultés dans la gestion de la vie quotidienne.

 

Le mot de la fin

La douleur au bas ventre et à l'anus provient une genèse organique (à partir d'organes malades) ou fonctionnelle (à partir de dyskinésies et de contractures musculaires).

La maladie hémorroïdaire est la cause d'environ 1/3 des images de douleur sur une base organique, donc dans la plupart des cas, la cause de la douleur doit être trouvée ailleurs.

Il est très important de garder en tête les causes fonctionnelles des douleurs anales ou périnéales

Les dyskinésies pelviennes réactives , avec les douleurs qui en découlent, sont souvent secondaires à des pathologies en cours, qui peuvent toucher la sphère proctologique, urologique, gynécologique.

La dyskinésie pelvienne primitive , sur une base fonctionnelle, est une cause importante et fréquente de douleurs pelviennes/périnéales

Lorsqu'elle n'est pas soigneusement évaluée, elle peut s'aggraver à la suite d'un traitement chirurgical des maladies associées  

En cas de doute, consultez votre médecin.

← Article précédent Article suivant →