Douleur sous le pied en marchant: Pourquoi et que faire?

Publié par Buddha Apps (Zero Carbon) le

Douleur sous le pied en marchant: Pourquoi et que faire?

La douleur  sous le pied en marchant est un symptôme fréquent en médecine générale que la population générale attribue à tort à un  éperon osseux calcanéen mais qui n'a rien à voir avec l'existence ou l'absence de calcification d'insertion de l'aponévrose plantaire.

En fait, la plupart des personnes atteintes d'éperons ne ressentent aucune douleur. Certaines circonstances telles que le surpoids, les micro-blessures répétitives chez les athlètes, les coureurs ou les personnes debout pendant une longue période, les changements de chaussures ou de routine sportive, ou les anomalies de la forme du pied telles que les pieds plats ou les caries peuvent surcharger cela facilement, produisant ce que nous appelons la fasciite plantaire.

 

Douleur sous le pied en marchant: Ce qu'il faut savoir

 

Fascia plantaire

Le fascia plantaire est une structure aponévrotique qui s'attache à l'os du talon (calcanéum) et s'étend jusqu'à ce qu'il s'attache en avant de la tête des métatarsiens. Il a pour fonction de maintenir la structure longitudinale de la voûte plantaire de la plante du pied (le pont) et d'absorber les efforts produits par l'appui du pied.

Le principal symptôme de la fasciite plantaire est une douleur à l'arrière de la plante du pied, en particulier dans les premiers pas de la journée ou après avoir fait du sport ou un effort.

C'est plus qu'une inflammation dégénérescence du collagène

Ces dernières années, on a plus parlé d'inflammation de l'aponévrose, d'une dégénérescence de son collagène, causée par des microtraumatismes répétés, donc l'effet des anti-inflammatoires n'est peut-être pas si important dans le traitement.

La tendance naturelle de la fasciite plantaire est de se résoudre spontanément, bien que cela puisse prendre des mois dans de nombreux cas. En général, les mesures conservatrices et la rééducation sont les traitements les plus efficaces à long terme et les effets secondaires les plus faibles, les infections ou les traitements chirurgicaux étant réservés uniquement aux cas résistants au traitement.

 

 

Traitement de la fasciite plantaire

  • Stade initial : mesures d'hygiène, froid, anti-inflammatoire. bandage fonctionnel et semelle intérieure/contrefort standard ou sur mesure. Le tout combiné à un programme d' étirement du fascia plantaire et du tendon d'Achille.

  • Stade intermédiaire : cale - talon, orthèse nocturne et infiltration de corticoïdes.

  • Stade avancé : ondes de choc extracorporelles, immobilisation plâtre ou liner fibre de verre, et fasciotomie chirurgicale.

 

Mesures d'hygiène conservatrices

  • Trouvez un déclencheur comme une nouvelle chaussure ou une nouvelle activité physique et éliminez-le.

  • Faites d'abord un repos relatif. Il n'est pas nécessaire de rester à la maison, mais d'éviter les surcharges mécaniques et les activités qui aggravent la douleur.

  • Portez des chaussures à semelles en caoutchouc (1).

  • Perdez du poids si vous êtes obèse.

  • Appliquez de la glace après avoir marché ou fait une activité physique lorsque vous rentrez chez vous.

 

Pansements et orthèses fonctionnels

Avec le pansement fonctionnel, le but est d'augmenter la voûte plantaire afin de détendre le fascia, cela peut être fait par un kinésithérapeute qualifié, un médecin ou une infirmière. 

 

Les orthèses et les semelles sont de différents types :

  • Orthèses de nuit : empêchent la flexion du pied pour maintenir l'aponévrose et le mollet tendus. Leur efficacité est limitée bien qu'ils semblent bien se passer chez les patients comme les douleurs de plus de 6 mois d'évolution.

  • Talonnettes : aussi d'efficacité contradictoire, qu'elles soient sur mesure ou préfabriquées. Elles doivent toujours être accompagnés d'exercices d'étirement.

 

 

Physiothérapie de base

C'est probablement la mesure la plus importante pour résoudre le problème. Ils comprennent plusieurs exercices :

Mobiliser les tissus mous de la plante du pied en exerçant une pression sur les points douloureux des muscles de la plante en utilisant son propre poids et en appuyant le pied sur une balle en caoutchouc.

Le fascia plantaire s'étire qui provoque une sensation de tiraillement mais pas de douleur. Pour ce faire en position debout, les orteils sont appuyés contre une paroi verticale d'une marche. Pliez ensuite lentement le genou en gardant les orteils contre le mur, en évitant la rotation du pied (promotion) et en maintenant la cambrure de la plante du pied tout au long de l'étirement. Cela peut aussi se faire à genoux comme expliqué dans la vidéo suivante

  • Exercices pour le maintien de la voûte plantaire longitudinale du pied 

  • Étirement du mollet (triceps sural)

  • Mouvements de l'articulation de la cheville pour augmenter votre mobilité.

 

 

Traiter les facteurs prédisposant à la fasciite plantaire

Il est important de rechercher les facteurs prédisposants qui perpétuent le problème et de les corriger, tels que dysmétrie fonctionnelle ou structurelle des membres inférieurs, pied plat ou creux, activités sportives excessives ou inappropriées, chaussures inappropriées trop dures...

 

Traitements chirurgicaux ou plus avancés

Dans les cas résistants aux traitements antérieurs et avec une longue évolution, des options chirurgicales ou ablatives telles que les ondes de choc extracorporelles à haute énergie et la fasciotomie chirurgicale peuvent être envisagées.

 

Et les Infiltrations aux corticoïdes ?

Ils ne devraient pas être le premier choix en raison de leurs effets secondaires peu nombreux mais possibles. Elles améliorent la douleur à court terme mais à long terme elle ne présente pas de différences avec les autres techniques. Il peut provoquer une rupture du fascia en raison d'un affaiblissement, bien qu'il soit rare et récupère généralement en 3 à 4 semaines.

Ils doivent être utilisés en 2ème étape lorsque la physiothérapie et les autres traitements conservateurs échouent ou lorsque la douleur est très forte.

Pas seulement la fasciite plantaire : d'autres causes de douleur dans le tiers postérieur de la plante du pied

Bien que la plus courante soit la fasciite, il existe d'autres causes pouvant provoquer des douleurs sous le pied en marchant, notamment les fractures de stress du calcanéum, les bursites, les enthésopathies systémiques, les piégeages ou les pathologies nerveuses, entre autres.

← Article précédent Article suivant →